Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/185

Cette page a été validée par deux contributeurs.


celles qui font réellement d’un homme un non-brahmane » ; et, parvenu à ce point, le Bouddha se résumait : « Admettre que ces brahmanes, versés dans les Védas mais portant la colère et la malice dans leur cœur, vivant coupables et déréglés, soient, après la mort, lorsque le corps est détruit, unis à Brahmâ qui est exempt de colère et de malice, exempt de péché et maître de lui — admettre une telle organisation des choses ne se peut pas. » Le Bouddhâ dit alors au jeune homme que lorsqu’on avait demandé au Tathâgata le chemin qui conduit au monde de Brahmâ, il avait pu répondre : « Car, Vâsettha, je connais Brahmâ et le monde de Brahmâ, et le chemin qui y conduit. Oui, en vérité, je connais même tout cela comme quelqu’un qui est entré dans le monde de Brahmâ et y est né ». « Lui, de lui-même comprend complètement et voit pour ainsi dire, face à face, cet Univers, — le monde d’en bas avec tous ses esprits, et les mondes d’en haut, ceux de Mâra et de Brahmâ — et toutes les créatures, Samaras et brahmanes, dieux et hommes, et Il fait part de son savoir aux autres. » Lorsqu’un homme est attiré par la vérité, qu’il quitte sa demeure, allant à travers « les pays