Ouvrir le menu principal

Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/161

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tés an désir, adonnés au désir, trouvent leur plaisir dans le désir. Donc pour ces gens qui sont portés au désir, adonnés au désir, qui trouvent leur plaisir dans le désir, la loi de causalité et la chaîne des causes doivent être choses difficiles à comprendre ; et de même, il leur sera infiniment difficile de comprendre l’extinction de tous les samkhâras, le rejet de tous les substrata (de l’existence), la destruction du désir, l’absence de passion, la quiétude du cœur, le Nirvâna. Et si maintenant je proclame la doctrine et que les autres hommes ne soient pas capables de comprendre ce que je prêche, il n’en résultera que lassitude et ennui pour moi. » Après quoi, les stances suivantes, jamais prononcées encore, se présentèrent à l’esprit de l’Élu ; « C’est à grand’peine que je l’ai acquise. Assez ! Pourquoi maintenant la proclamerais-je ? Cette doctrine ne sera point aisée à comprendre pour des êtres égarés dans les plaisirs et la haine. Adonnés au plaisir, entourés de ténèbres épaisses, ils ne verront pas ce qui choque (leur esprit), ce qui est abstrait, profond, difficile à percevoir et subtil[1]. »

  1. Mahâvagga, V. 2, 3.