Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/135

Cette page a été validée par deux contributeurs.


auxquelles une importance spéciale est attachée et quant à la charité, elle fait partie essentielle de la religion. Ce doit être une charité éclairée, elle doit être exercée envers qui la mérite ; il est particulièrement recommandé d’aider les pauvres, d’aider à se marier ceux qui n’ont pas le moyen de le faire, d’aider à élever les enfants de ceux qui sont incapables de remplir eux-mêmes ce devoir. Ervad Sheriayi Dadabhai Barucha écrit : « De même que certaines vertus sont considérées comme les attributs spéciaux des quatre classes de l’humanité et leur sont parfaitement appropriées, de même certains vices doivent être tout spécialement évités par chacune de ces classes. Dans la classe sacerdotale, ce qui est particulièrement choquant, c’est l’hypocrisie, la cupidité, la négligence, la paresse, l’importance attachée à des riens et le manque de foi religieuse. Le guerrier doit ignorer la tyrannie, la violence, le manquement à la parole donnée, l’excitation au mal, l’ostentation, l’arrogance et l’insolence. Le cultivateur doit fuir l’ignorance, l’envie, la mauvaise volonté et la malice ; l’artisan doit se garder de l’incrédulité, de l’ingratitude, de la grossièreté et de la médisance (Mainyo-I