Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/121

Cette page a été validée par deux contributeurs.


esprits créateurs qui constituent simplement les deux parties de l’Être divin[1]. »

Il y a dans cette Trinité primitive, une troisième personne, bien qu’il soit un peu plus difficile d’en suivre la trace, enfouie, plus profondément que les deux autres, sous un changement qui se produisit plus tard. Cette trinité comprend, en effet, Ahûra-Madzdâ qui est le premier et de qui tout dérive ; un second principe, avec la dualité qui est toujours l’indice de la seconde personne dans la Trinité manifestée ; enfin, la troisième, la Sagesse, la Sagesse primitive ou Pensée, par laquelle le monde a été créé. C’est Armaiti, celle de qui il est écrit : « Pour assister la vie (pour l’enrichir), Armaiti est venue avec la richesse, la pensée juste et bonne ; elle, l’éternelle, a créé le monde matériel[2]. » Plus tard, Armaiti fut identifiée à sa création et adorée comme déesse de la terre, mais primitivement, elle complétait la trinité.

Si nous procédons par ordre, nous rencontrons ensuite les hiérarchies d’intelligences divines régies par les sept grands esprits, les Ameshaspentas, les sept Dieux-

  1. Op. cit., pp. 303, 305.
  2. Op. cit., Gâthâ Ahûnavaiti, 7.