Page:Besant - Des religions pratiquées actuellement dans l’Inde.djvu/118

Cette page a été validée par deux contributeurs.


feu sacré, — et nous verrons dans quelques instants le sens d’une déclaration faite près du feu sacré, — fit la déclaration suivante : « Au commencement était un couple de jumeaux, deux esprits exerçant chacun leur activité propre » et le Prophète ajoute : « Et ces deux esprits en s’unissant créèrent au commencement (les choses matérielles), l’un la réalité l’autre le non-être[1]. » Voilà cette dualité primitive de Sat et Asat, l’exacte reproduction de la doctrine occulte suivant laquelle l’Un aurait projeté la dualité afin que la pluralité pût en sortir. De l’Un sont issus la réalité et le non-être. Le prophète continue et déclare qu’il faut opter pour l’un ou pour l’autre ; il faut choisir l’un de ces deux « esprits », de même toutes les anciennes doctrines nous disent qu’il dépend de nous de choisir l’esprit ou la matière, appelez-les si vous voulez « bien » et « mal, » mais ce ne sont pas là leurs noms essentiels, car le point fondamental est que le choix de l’homme doit se faire entre le spirituel et le matériel. Divers noms sont donnés à cette dualité, qui nous

  1. Essays on the Parsîs, Yasna, XXX, 3, 4. Trad. du docteur Haug. Voir aussi : le Mazdéisme de G. de Lafont, p. 140.