Ouvrir le menu principal

Page:Bernard - Guide du skieur,1910.djvu/107

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’avalanche de fonds, succédant au dégel, est à craindre surtout dans l’après-midi, avant le coucher du soleil. Si la couche de neige est très épaisse, il peut arriver que la surface de glissement ne soit atteinte par l’eau de fusion qu’assez tard. On évitera donc, surtout au printemps, le passage des couloirs d’avalanche de 9 heures ou 10 heures du matin à 2 heures ou 3 heures du soir, et, pour plus de sûreté, jusqu’au coucher du soleil.

Tout chef skieur doit, avant d’entreprendre une marche en haute montagne, se renseigner auprès des habitants, guides, douaniers et forestiers, sur les points dangereux ou couloirs d’avalanche, qui sont en général connus dans le pays et régler son itinéraire en conséquence.

Par un temps très froid, ou sur des pentes qui n’ont pas été soumises à l’action du soleil ou d’une température radoucie, ou ne sont pas recouvertes de neige farineuse, on pourra passer à toute heure.

Que faire si l’on est pris dans une avalanche ?

S’efforcer, en agitant les bras, de rester à la surface, couché sur le dos, et la tête du côté amont.

Le skieur est dans une situation plus défavorable pour se dégager que le non-skieur, à cause de ses skis, qui peuvent être assez facilement coincés dans les blocs de neige.

Aussi certains auteurs recommandent de quitter les skis, aussitôt qu’on se sent entraîner. Il faut