Page:Berlioz - Traité d’instrumentation et d’orchestration.djvu/157

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Selon la manière dont il est écrit et le talent de l’exécutant, cet instrument peut emprunter au grave le timbre sauvage des notes basses de la Clarinette ordinaire, ou l’accent calme, solennel et pontifical de certains registres de l’Orgue. Il est donc d’une fréquente et belle application ; il donne d’ailleurs si on en emploie quatre ou cinq à l’unisson une sonorité onctueuse, excellente, aux Basses des orchestres d’instruments à vent.

LE COR DE BASSET.

Ne différerait de la Clarinette Alto en Fa bas que par le petit pavillon de cuivre qui allonge son extrémité inférieure, si elle n’avait en outre la faculté de descendre chromatiquement jusqu’à l’Ut, à la tierce au dessous de la note la plus grave de la Clarinette.

EXEMPLE.

\version "2.16.2"

\header {
  tagline = ##f
}

\score {
  <<
    \new Staff \with {
      instrumentName = "COR DE BASSET"
    } \relative c {
      \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
      \cadenzaOn
      c4 d
      \bar "|"
      e f g a b_"Avec les intervalles chromatiques." c
      d e f g a b c
      d e f g a b c
      d e f g
      \bar "||"
    }
    \new Staff \with {
      instrumentName = "SONS RÉELS"
    } \relative c, {
      \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
      \cadenzaOn
      \clef bass
      f4 g
      \bar "|"
      a bes c d e f
      \clef treble
      g a bes c d e f
      g a bes c d e f
      g a bes c
      \bar "||"
    }
  >>
  \layout {
    indent = 25 \mm
  }
}