Page:Berlioz - Traité d’instrumentation et d’orchestration.djvu/141

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE BASSON QUINTE.

Diminutif du précédent et dont le diapason est d’une quinte plus élevée, possède à peu près la même étendue et s’écrit comme lui sur deux clés mais en transposant.

EXEMPLE.

\relative c, {
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  \clef bass
  bes c d es f g_"Avec les intervalles Chromatiques." a
  bes c d es f g a
  bes c d es
  \clef tenor
  f g a bes
  \bar "||"
}

Ce qui produit en sons réels la gamme suivante.


\relative c, {
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  \clef bass
  f g a bes c d_"Avec les intervalles Chromatiques." e
  f g a bes c d e
  \clef tenor
  f g a bes
  \clef treble
  c d e f
  \bar "||"
}

Le Basson quinte est pour le Basson à l’aigu ce que le Cor anglais est pour le Hautbois au grave. Le Cor anglais doit être écrit à la quinte au dessus du son réel et le Basson-quinte à la quinte au dessous ; le Basson-quinte jouera donc en Fa quand les Bassons jouent, en Ut, en Sol quand ils sont en etc. Cet instrument n’existe pas dans la plupart des orchestres, où le Cor anglais le remplace avantageusement pour ses deux octaves supérieures. Son timbre a moins de sensibilité, mais plus de force que celui du Cor anglais, et serait d’un effet excellent dans la musique militaire. Il est très fâcheux et très nuisible aux orchestres d’instruments à vent, dont les masses de Bassons grands et petits adouciraient l’âpre sonorité, qu’on soit arrivé à les en exclure presque entièrement.

LE CONTRE-BASSON.

Il est au Basson comme la contre-Basse est au Violoncelle. C’est-à-dire que le son en est plus grave d’une octave que la note écrite. On ne lui donne guère que cette étendue :

EXEMPLE.

\relative c, {
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  \clef bass
  bes c d es f g_"Avec les intervalles Chromatiques." a
  bes c d es f g a
  bes c d es
  \clef tenor
  f g a bes
  \bar "||"
}

Ce qui produit en sons réels.


\relative c,, {
  \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  \clef bass
  \ottava #-1
  bes c d es f g a
  \ottava #0
  bes c d es f g a
  bes c d es f
  \bar "||"
}

Les deux premières notes de cette gamme sortent difficilement et sont très peu appréciables en raison de leur extrême gravité.

Il est inutile d’ajouter que cet instrument, d’une lourdeur extrême, ne convient qu’aux grands effets d’harmonie et aux Basses d’un mouvement modéré. Beethoven l’a employé dans le final de sa symphonie en Ut mineur et dans celui de sa symphonie avec chœurs. Il est très précieux pour les grands orchestres d’instruments à vent, peu d’artistes se décident à en jouer cependant. On essaye quelquefois de le remplacer par l’Ophioléïde, dont le son n’a pas la même gravité puisqu’il est à l’unisson du Basson ordinaire et non à l’octave Basse, et dont le timbre d’ailleurs, n’a aucun rapport de caractère avec celui du contre-Basson. Je crois donc que, dans le plus grand nombre de cas, il vaut mieux se passer de cet instrument que de le remplacer ainsi.