Page:Berlioz - Les Grotesques de la musique, 1859.djvu/313

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pont du navire diffèrent peu de la funèbre phrase des moines de la Trappe : « Frère, il faut mourir ! » .   .   .

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Mais ne nous laissons pas gagner par leur spleen, chassons les idées noires et d’une voix légère chantons ce gai refrain si connu :




\score {
 \new Staff <<
  \new Voice = "first"
   \relative c {  \voiceOne
\clef F
\key bes \major
\override Staff.TimeSignature #'transparent = ##t
%\override Staff.BarLine #'transparent = ##t
%\override Score.BarNumber #'break-visibility = #'#(#f #f #f)
\cadenzaOn
ees1 d ees c d bes c c  \bar "|" \break
ees1 ees1 s8 ees1 s8 c1 s8 d1 ees d c \bar "|" \break
g1 bes1 s8 c1 c s8 d1 ees d c  \bar "|."
   } % first
  \new Voice= "second"
    \relative c { \voiceTwo
s1 s s s s s s s  \bar "|" \break
s1 s8 f1 s8 d1 s8 bes1 s1 s s s \bar "|" \break
s1 s8 c1 s1 s8 bes1 s1 s s s  \bar "|."
    } % second
  \new Lyrics \lyricsto "first" {
Di -- es i -- ræ di -- es il -- la  
cru -- cis  ex -- pan -- dens ve -- xil -- la
sol -- vet se -- clum in fa -- vil -- lâ.
    } % lyrics
 >>
\layout{
    indent = 1\cm
  line-width = #122
  \set fontSize = #-1
} %layout
} %score
\header { tagline = ##f}






FIN