Page:Berlioz - Les Grotesques de la musique, 1859.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mament. Les athées de l’expression n’admettent point qu’il puisse exister entre deux chants de cette espèce la moindre différence de caractère.

Marcello a produit un grand nombre de très-beaux pseaumes, de véritables odes, qui lui valurent le glorieux surnom de Pindare de la musique, mais on n’en chante aucun. Il eut le malheur de laisser échapper de sa plume cette grotesque mélodie, on l’entend aujourd’hui partout ; elle est devenue à Paris presque populaire.

Allons, les athées ont raison ; écrions-nous avec Cabanis : « Je jure qu’il n’y a point de Dieu. »

Le vrai est le faux, le faux est le vrai ! L’horrible est beau, le beau est horrible !


\score {
\relative c'' {
\new Staff {
\clef G
\key a \major
\time 6/8
\autoBeamOff \override Rest #'style = #'classical \override Score.BarNumber #'break-visibility = #'#(#f #f #f)
\stemUp a4. e | fis8 gis a e4 r8 | \break
b'4. e, | fis8 gis a b4 r8 | \once \override TextScript #'extra-offset = #'(0 . -1.6) s4_\markup { etc. }
} %staff
\addlyrics {
Aux ar -- mes, ci -- to -- yens,
for -- mez vos ba -- tail -- lons_!…
} %lyrics
} %relative
\layout{
  indent = 1\cm
  line-width = #120
  \set fontSize = #-1
} %layout
\midi { \tempo 4. = 80 }
} %score
\header { tagline = ##f}




\score {
\relative c'' {
\new Staff {
\clef G
\key g \major
\time 2/4
\tempo \markup \fontsize #-1 \italic "Allegro." 
\autoBeamOff 
%\override Rest #'style = #'classical 
\override Score.BarNumber #'break-visibility = #'#(#f #f #f)
\partial 8 g8 | \stemUp g g g g | \break
g d g a | b4 a | g g8 \once \override TextScript #'extra-offset = #'(2 . -1.6) s8_\markup { etc. } \bar "|."
} %staff
\addlyrics {
Ra -- chel, quand du Sei -- gneur 
la grâ -- ce tu -- té -- lai -- re… 
} %lyrics
} %relative
\layout{
  indent = 0
  line-width = #120
  \set fontSize = #-1
} %layout
\midi { \tempo 4 = 90 }
} %score
\header { tagline = ##f}