Ouvrir le menu principal

Page:Benserade - La Mort d’Achille et la dispute des armes.djvu/77

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
70
LA MORT D’ACHILLE.

Mais Achille ſuccombe à l’effort de vos coups,
Percez, percez ce cœur, il ſe fioit à vous.


Alcimede.

Quoy, je ne mourray pas pour deffendre ſa vie ?


Deiphobe.

Elle ſera dans peu de la tienne ſuivie.


Achille.

Apres ce laſche coup, malheureux, vous fuyez.


Pâris.

C’eſt comme nous traittons nos mauvais alliez.


Achille.

Je ſouffre ce treſpas, dy-moy qui me l’envoye,
Et qui l’a conſpiré ?


Pâris s’en allant.

Et qui l’a conspiré ? Moi, Polixene, & Troye.


Alcimede mourant.

Pour vous faire éviter ce funeſte accident,
Alcimede vivoit, il meurt vous deffendant.