Ouvrir le menu principal

Page:Benserade - La Mort d’Achille et la dispute des armes.djvu/54

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
47
TRAGEDIE.

Vous avez bien pû voir de deſſus la muraille,
Ceux à qui Mars promet l’honneur de la bataille.
Le Troyen par ſon ſang commence à s’enflamer,
S’il en perd une goutte, il en tire une mer.
Qu’il fait beau veoir Pâris, Deiphôbe, & Troïle,
Et que leur force éclate en l’abſence d’Achille !


Polixene.

« Ainſi loin du Soleil tous les arbres ſont beaux,
Ainſi pres du Soleil il n’eſt plus de flambeaux : »
Außi l’aſpect d’Achille horrible à ma memoire,
Change en fatalité le ſort de la victoire,
Et ce jeune guerrier ne ſort point du combat
Qu’il n’ait couché par terre un pilier de l’Eſtat.


Hecube.

Careſſez-le pourtant, faictes-en de l’eſtime,
Si ce n’eſt par amour, que ce ſoit par maxime,
Songeons au bien preſent, le mal ſoit oublié,
Il nous perd ennemy, qu’il nous ſerve allié,
Que ſon affection repare nôtre perte,
Et qu’il ferme la playe apres l’avoir ouverte :
Nourriſſez ſon eſpoir d’un favorable accueil,
Quoy que vous ayez peine à le voir de bon œil,
Et qu’il vous ſoit à charge en ſa flame amoureuſe,
Il fut nôtre ennemy, vous eſtes genereuſe,