Ouvrir le menu principal

Page:Bellerive - Brèves apologies de nos auteurs féminins, 1920.djvu/47

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
46
Auteurs féminins

obtint un grand succès. Toutes les questions d’intérêt féminin y furent discutées, et les diverses associations féminines y reçurent une direction hautement inspirée et éminemment salutaire. Mme Gérin-Lajoie y prit une part active, et dans une allocution démontra si bien l’importance de la fédération que son existence fut désormais assurée. Les associations qui la composent n’ont cessé de montrer une vitalité croissante, et le nombre des employées qui en ont bénéficié jusqu’à nos jours est considérable.

Dans ces associations Mme Gérin-Lajoie s’est fait souvent entendre, et elle y a énoncé ses idées sur le vote des femmes locataires et communes en bien, sur l’admission des femmes au barreau, et sur l’instruction supérieure des jeunes filles. Elle s’est aussi distinguée comme conférencière à Montréal, dans plusieurs circonstances solennelles, entre autres :

Au Château Ramsay, devant la Société des Antiquaires, sur la Condition sociale de la femme au dix-septième siècle, en avril 1899. (Voir la Patrie, 22 avril.)

Au Monument National, dans une étude sur la condition légale de la femme dans la province de Québec, le 27 janvier 1906.

Au Congrès Eucharistique, en juin 1910, à la séance des dames.