Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de se diriger sur Toula et Kalouga, et qu’il avait traité à cet effet avec une compagnie de Juifs.

Après cette conversation, qui dura plus de trois heures, le prince manda un chirurgien pour sonder ma blessure. Il me fit donner du linge et autres effets dont j’avais le plus grand besoin, m’admit plusieurs fois à sa table, et me traita avec toutes sortes d’égards et de bonté. Son exemple fut suivi par les seigneurs et généraux russes alors présens, qui tous me comblèrent de marques d’intérêt, et s’empressèrent de m’offrir des secours pécuniers que je refusai, le prince Kutusow m’ayant fait remettre cinq cents roubles pour pourvoir à mes besoins.

Je restai vingt-huit jours auprès de ce prince. Il y eut pendant ce temps un armistice tacite qui suspendit les hostilités de part et d’autre, mais qui ne fut point le résultat d’une convention écrite.

Le jour de son départ, Kutusow me fit appeler dans son appartement, où se trou-