Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


doré. Cependant on ne s’en aperçut pas tout de suite, et plusieurs spéculateurs payèrent fort cher l’erreur qui avait séduit leur cupidité.

Au milieu des vastes bâtimens dont se composait le palais du Kremlin, s’élevait une tour antique, surmontée d’une croix énorme, appelée la croix d’Ivan. Napoléon, qui la croyait d’or massif, la fit enlever avec beaucoup de peine et de risques. Quand elle fut descendue, on découvrit qu’elle n’était pas d’or. Il affecta de n’en être pas surpris, et dit qu’il n’avait le projet de l’emporter que pour laisser à la postérité un gage de son expédition.

Il témoigna aussi l’intention de faire conduire en France une cloche d’une dimension extraordinaire, qui était enfoncée en terre dans une des cours du Kremlin, depuis un incendie qui avait failli réduire en cendres ce superbe édifice. Il fut proposé à ce sujet une soumission au rabais, laquelle fut adjugée, ainsi que le transport d’une quantité considérable de sel, à M. N***, qui avait suivi