Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/60

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


confusion, que des troupes légères chargèrent un régiment de cuirassiers saxons, qu’elles prirent pour des cuirassiers russes.

Une stupeur affreuse succéda pour les Français à des scènes de carnage… Jamais défaite n’avait coûté tant de sang, et n’avait produit des fruits aussi amers qu’une pareille victoire. Nos troupes passèrent la nuit sans feu, épuisées de fatigues, tourmentées par la faim, au milieu des morts et des mourans.

Le lendemain l’armée s’éloigna du champ de bataille, et ce ne fut que quatre jours après qu’elle se porta de nouveau en avant. Ce mouvement rétrograde était devenu nécessaire à cause du désordre qu’avait occasioné la bataille, et du défaut de munitions qui se trouvaient en arrière de plusieurs journées, notamment celles de la garde impériale.

Cette élite de l’armée ne prit aucune part à la bataille de la Moskowa. Et c’est encore une faute qu’on a justement reprochée à Na-