Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/40

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


comme on l’avait laissé ; on eût dit que le bal n’était interrompu que depuis quelques instans.

Plusieurs officiers généraux russes, entre autres le colonel de Stargeskewitz, chef de la chancellerie et gouverneur de Wilna, avec lequel je me suis lié intimement, et qui m’a rendu des services particuliers, m’ont assuré qu’on avait proposé à l’empereur Alexandre de faire miner les principales maisons de la ville, où l’on supposait que Napoléon devait loger. Mais ce prince, aussi généreux que brave, repoussa cette proposition avec horreur.

Les habitans les plus notables de Wilna, et tout le clergé, abandonnèrent la ville à l’approche des Français. Les Juifs se trouvant alors en majorité, envoyèrent au devant de Napoléon une députation, qui le harangua, et lui remit les clés de la ville.

Il était bien temps d’arriver à Wilna ! Depuis plusieurs jours on éprouvait une disette affreuse. Des pluies abondantes avaient rendu