Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/388

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


matin. Arrivés à la pyramide de Chemillé, au milieu de la forêt de Loches, nous allions au pas, et nous apercevons le sénateur, les yeux bandés, étendu au pied d’un arbre comme un sac de blé, n’ayant pas la plus petite envie de bouger. Gaudin lui avait dit en s’en allant qu’on le transférait, et qu’il était entre les mains d’autres brigands qui le tueraient s’il disait un mot. Arthur et Robert, en nous apercevant de loin, firent monter le patient à cheval. Nous nous arrêtâmes, et nous les laissâmes faire route environ deux ou trois cents pas ; alors Carlos et moi nous mîmes nos chevaux au galop, en criant : Les voilà. Robert et Arthur se mirent à crier de leur côté, et nous tirons un coup de pistolet. Carlos reste à côté de Clément-de-Ris, et nous nous enfonçons tous les trois dans le bois. Nous revenons cinq minutes après le sabre à la main, regrettant beaucoup que l’obscurité nous ait empêchés de poursuivre les brigands, mais ajoutant que le plus fort est fait puisque nous avons délivré le sénateur. Carlos, au même