Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/384

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que la reddition du sénateur ne tenait qu’à cela, court à Paris et revient en vingt-quatre heures avec les promesses verbales les plus étendues, et soi-disant les plus authentiques. Charles alors se montra ; et c’est là ce qui me fait dire que son caractère est beaucoup plus beau que sa réputation. Il déclara sur-le-champ à Carlos qu’il allait partir avec lui, et que, puisque M. de Bourmont pouvait être compromis, il allait se mettre entre les mains du ministre de la police, et tout rendre, depuis le sénateur jusqu’à l’argenterie et le billet. Il y fut. Voici quelles furent les propositions du ministre (j’observe que Charles, en passant à Orléans, avait demandé à ses camarades s’ils acceptaient ce que Carlos était venu offrir) : Rendre le sénateur, recevoir les cinquante mille francs, ne dire le nom de personne, et qu’alors s’ils étaient pris, il ne répondait de rien ; que si, au contraire, ils voulaient se nommer, ne rien recevoir et rendre le sénateur, il les prenait sous sa protection spéciale, s’engageait à leur ren-