Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/382

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


raconter les détails ci-dessus, en me demandant ce qu’il ferait du captif. Je lui dis qu’il n’aurait pas dû faire un esclandre ; et c’est alors qu’il me parla des noms tirés au sort. Je lui demandai comment était l’homme et de quelle manière il soutenait sa position. « Sans montrer trop de faiblesse, » me répondit-il. Alors je lui représentai qu’il ne fallait pas commettre un crime inutile et de sang-froid. Il m’assura qu’il se contenterait de l’argent, et me demanda en même temps de le mettre lui-même dans un lieu sûr jusqu’à ce qu’il sût la tournure que la chose prendrait. Madame Clément-de-Ris et madame Brûlé vinrent à Blois apporter l’argent ; mais Charles n’avait point donné une indication assez directe ; son intention était qu’on allât jusqu’à Chartres, et il ne l’aurait même reçu que dans la forêt de Rambouillet. Les choses changèrent de face ; le gouvernement jeta feu et flamme, et déclara à M. de Bourmont qu’il fallait qu’il fît retrouver le sénateur, puisqu’il était probable que c’étaient des gens