Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/373

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


visage qu’avant votre départ d’Angers. Je le crois, parce que je suis certain que vous n’éprouverez pas de plus vive satisfaction que celle de contribuer encore une fois à rendre la paix intérieure à ce malheureux pays. Ménagez-vous. Je désire bien que vous soyez bientôt en état de braver encore les fatigues de la route pour revenir ici ; j’y resterai jusqu’à ce que j’aie eu des entrevues avec les personnes que M. de Châtillon m’enverra : puissent-elles tourner à la satisfaction commune ! Je vous prie, madame, de vouloir bien agréer l’assurance des sentimens d’intérêt et de respect que je vous ai voués.

Signé X. HÉDOUVILLE.

N° 14. Copie des pouvoirs donnés à madame la vicomtesse de Turpin, par le général de Scépeaux, pour conclure la paix avec le général Hoche.

Je donne pouvoir à madame de Turpin de traiter avec le général Hoche sur tous les articles qu’elle croira avantageux à l’intérêt général du pays. Si quelques articles souffraient des difficultés, et qu’elle n’osât prendre sur elle de les lever, madame de Turpin voudra bien m’en faire part, afin que sur-le-champ je prenne avec mes officiers un arrêté définitif.

Fait à Vritz, ce 1er mai 1796.

Signé le vicomte de SCÉPEAUX.