Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/348

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en craindre de nouvelles. Le général Brune ayant forcé les Anglais à se rembarquer en Hollande, on faisait refluer les troupes de son armée dans les provinces de l’Ouest. D’un autre côté le Morbihan accaparait tous les secours partiels de l’Angleterre, ce qui faisait des mécontens. Toutes ces raisons eussent disparu devant la nécessité de combattre un Robespierre ou même le Directoire ; mais le changement inespéré dans le gouvernement, désormais concentré en un seul homme, préparèrent les esprits des propriétaires patriotes à désirer que les Chouans fissent la paix ; d’autant plus que la guerre ne pouvait se perpétuer que par un concours respectif d’intérêts et d’opinions dans les deux partis qui étaient aux prises, et qui se trouvèrent presqu’à la fois désintéressés.

Ces motifs préparèrent les voies et contribuèrent à aplanir des difficultés qu’ensuite la sagesse du général Hédouville et sa patience surmontèrent. Ce général avait peu de troupes à sa disposition ; et pour se con-