Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/345

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dit compte de sa conduite à ses camarades et à l’armée.

Les événemens se succédèrent rapidement. M. de Bourmont surprit le Mans ; on attaqua et l’on prit plusieurs villes. M. de Châtillon pénétra dans Nantes avec la seule intention de délivrer des prisonniers, de prendre de la poudre et des draps d’habillement, et en outre pour en imposer aux républicains. On fit, dans cette reprise d’armes, des prisonniers de part et d’autre, et la guerre prit un caractère moins barbare et une marche plus régulière. Tout le monde était alors et est encore dans l’opinion que si l’Angleterre, au mois d’octobre 1799, au lieu d’aller opérer un débarquement inutile et mal combiné en Hollande, l’eût effectué en Bretagne et en Normandie, il eût été possible de rétablir la maison de Bourbon sur le trône ; car soixante mille royalistes étaient en armes, tant dans la Vendée, qu’en Bretagne, en Normandie et dans le Maine.

Il parut bientôt que les promesses de l’An-