Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/333

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la France entière ? — Madame, réplique Hoche, je n’aime pas mieux que vous l’anarchie actuelle ; soyez tranquille, les choses changeront en mieux. Je veux aller en Irlande sous peu : ce pays-ci remuera-t-il, en cas de malheurs ? » Madame de Turpin lui dit qu’elle ne le croyait pas ; que le pays semblait vouloir jouir des douceurs de la paix ; qu’il ne serait pas troublé de nouveau si l’on suivait la ligne de la modération et de la justice.

À son retour de l’expédition, qui échoua, le général Hoche alla prendre le commandement de l’armée de Sambre-et-Meuse, et laissa le commandement des contrées de l’Ouest au général Hédouville. Madame de Turpin correspondait, dans l’intérêt de son parti, avec ce général et avec d’autres généraux républicains.

Cet état de calme dura depuis 1797 jusqu’en 1799. On peut affirmer que pendant cet intervalle on fut en partie redevable de la tranquillité à madame de Turpin, qui, par la