Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/286

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


barquement des émigrés à Quiberon, par le bruit du canon et par une proclamation au nom de Louis XVII, qui dans l’intervalle mourut dans la prison du Temple ; mais comme le Roi ne meurt pas, on se mit bientôt en campagne au nom de Louis XVIII, avec la même ardeur. Déjà même une dépêche adressée par Charette aux principaux chefs du bas Anjou ne leur ayant plus laissé aucun doute sur sa détermination de reprendre les armes, ils venaient de décider en conseil, et en l’absence du vicomte de Scépeaux, qu’il n’y aurait plus ni paix ni trève avec les bleus et la Convention nationale.

Des émissaires furent envoyés dans le Morbihan pour s’assurer de l’événement de la descente, et faire commencer l’attaque ; déjà on harcelait sur les routes les bataillons républicains qui se dirigeaient vers la Vilaine, et on ne cachait plus l’intention d’opérer un mouvement général.

Les divisions du bas Anjou se rassemblèrent vers les communes de Clément, de la