Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/273

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cret fut confiée à onze commissaires pris dans le sein de la Convention, et au général Canclaux, rappelé au commandement de l’armée de l’ouest.

Ce qui rendait épineuse et incertaine la mission des délégués conventionnels, c’était le vague de leurs instructions qui supposaient la facilité de se ménager des intelligences parmi les royalistes de la Vendée et de la Bretagne : rien au contraire ne présentait plus d’obstacles. Le changement de système opéré dans le parti révolutionnaire ne se faisait point encore sentir dans la Vendée ; il importait peu aux royalistes qu’une faction ennemie l’emportât sur une autre : c’étaient toujours des régicides.

Toutefois les délégués de la Convention n’étaient pas tellement dépourvus de renseignemens, qu’ils n’eussent connaissance des discussions survenues entre Charette et Stofflet dans la Vendée, et du peu d’unité qui régnait sur la rive droite de la Loire, de même qu’en Bretagne, entre les divers chefs et les différentes organisations royalistes.