Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/270

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bonchamps, où s’étaient rangés tous les Angevins de la rive droite. Ce fut lui qui, après la perte de la bataille de Cholet, passa le premier la Loire, à la tête de quatre cents hommes, à la faveur d’un brouillard épais ; gagna la rive droite au point du jour, et renvoya les bateaux, pour ne laisser à sa troupe d’autre espoir que dans son courage.

Le général des conventionnels, Tabari, apprenant que les Vendéens passaient la Loire à Saint-Florent, abandonna d’abord Varades et vint ensuite les attaquer : il fut repoussé vivement par le chevalier de Turpin. Trompé sur la force des Vendéens qui marchaient sur lui, et battu d’ailleurs, Tabari se replia sur Angers, ce qui facilita le passage de toute l’armée vendéenne. Le passage de la Loire exécuté par le chevalier de Turpin servit de prétexte à la persécution suscitée contre ses deux neveux, qui furent conduits comme otages à la citadelle d’Angers. L’un était âgé de douze ans, l’autre de quatorze.

Le chevalier de Turpin, en passant à Candé