Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/262

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Telles furent les circonstances qui l’amenèrent à figurer d’une manière active dans les événemens de la guerre civile et dans les différentes négociations qui en furent la suite.

Entrons maintenant dans le récit détaillé des faits. On sait que le parti royaliste armé était divisé en plusieurs circonscriptions ou arrondissemens militaires ; il faut donc commencer par donner une idée de l’origine du parti, considéré isolément, auquel madame la vicomtesse de Turpin, par ses opinions et sa position, s’est attachée de cœur et d’âme pendant les années les plus intéressantes et les plus agitées de sa vie.

Après la destruction de la grande Vendée, qui avait jeté tant d’éclat en 1793, soit dans les bocages du haut Poitou et du haut Anjou, soit dans l’expédition d’outre Loire, une autre confédération royaliste se forma dans la haute et la basse Bretagne, et dans les pays de la rive gauche de la Loire qui confinent à la province du Maine, ou qui font partie du bas Anjou. L’un de ces nouveaux partis ar-