Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/252

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment, et que je léguerai à mes héritiers comme celui de tous mes titres qui m’est le plus précieux et auquel j’attache le plus d’intérêt. Cette note est une instruction que Sa Majesté me donna pour me conduire dans ce terrible voyage, sur le danger duquel elle ne se faisait pas plus illusion que moi. Je la copie sur l’original.

« Après les tendres soins que j’ai, avec tant de sensibilité, vu M. d’H*** donner à mon ami, je n’ai rien à lui recommander de ce côté ; mais il est quelques détails dans lesquels je crois nécessaire d’entrer. Le passage subit d’une grande occupation à une parfaite inaction est difficile, et même pénible pour une âme comme celle de mon ami. M. d’H*** tâchera, lorsqu’il sera avec lui, de l’entretenir d’objets assez intéressans pour captiver son attention, mais qui ne soient ni tristes ni appliquans.

» M. d’H*** s’efforcera le plus qu’il pourra de l’empêcher d’écrire, je ne dis pas à moi, à ses parens, à ses amis, mais à cette foule