Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/24

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un second entrepôt dans le Midi. Il en devait résulter un nouveau système commercial bien approprié à la situation actuelle du continent. Ce nouveau système devait embrasser tous les produits et tous les besoins ; suppléer à l’ancien commerce de la France avec l’Inde ; remplacer, par des institutions agricoles, celui des colonies ; donner aux produits d’échange européens un cours naturel, facile et non interrompu ; resserrer le système continental, et hâter la chute de l’Angleterre.

Des exemples anciens étaient invoqués à l’appui de ce système. Alexandre, roi de Macédoine, avait lié à son plan de conquête de l’Inde des vues commerciales. Il fonda Alexandrie et lui donna une position d’où elle pouvait commander le commerce de l’Inde par la Méditerranée, le Nil, le golfe Arabique, le golfe Persique, l’Indus, l’Euphrate et le Tygre. Par là, il ouvrit au commerce des routes nouvelles, des débouchés jusqu’alors inconnus. Une de ces routes s’est maintenue pendant long-temps, et a contribué à la richesse de l’Égypte jusqu’après la découverte du cap de Bonne-Espérance. L’autre, long-temps exploitée par les Vénitiens, convient à la situa-