Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/232

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le sort de ces serviteurs fidèles fut aussi l’objet de la sollicitude de Mme la duchesse d’Angoulême.

Le 11, Son Altesse Royale fit appeler M. le vicomte d’Agoult, et lui dit qu’elle était désolée de ce que sa position ne lui permettait pas de venir au secours des gardes-du-corps, d’une manière efficace ; mais qu’elle voulait cependant y mettre le denier de la veuve ; elle lui remit en conséquence cent ducats pour être distribués aux plus gênés d’entre eux, et lui enjoignit surtout de ne la nommer en rien.

Le 12, M. le vicomte d’Agoult est parti pour Kœnigsberg pour fréter un bâtiment et pour présider à l’embarquement accordé par Sa Majesté à ses gardes-du-corps.

Le fond qu’on avait fait sur le produit de la vente des effets et provisions laissés à Mittau, et les ressources qu’on devait se flatter d’y trouver, devinrent absolument illusoires. Les finances du Roi s’épuisant par la dépense exorbitante de chaque jour, Mme la du-