Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/228

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Faire, et Desrocher. Il confirma la nouvelle et toutes les craintes qu’elle avait fait naître. Lundi 26 janvier, à deux heures après midi, M. de Montchal avait donné l’ordre qui venait de lui être signifié, que dans l’espace de trois fois vingt-quatre heures, tous les gardes-du-corps eussent à sortir de Mittau, et à se rendre aux frontières, sans qu’il fût permis à qui que ce fût de les recevoir pour plus d’un repas, pendant leur trajet.

Le 9 février, à neuf heures du matin, le Roi voulut recevoir dans sa chambre les cinq gardes-du-corps arrivés la veille à Mémel ; Sa Majesté leur dit : « J’éprouve, messieurs, une grande consolation à vous voir ; mais elle est mêlée d’une douleur bien amère. La Providence m’éprouve depuis long-temps et en bien des manières, et celle-ci n’est pas une des moins cruelles (ici le Roi ne put retenir ses larmes) ; j’espère qu’elle viendra à mon secours. Si le courage m’abandonnait, le vôtre, messieurs, me soutiendrait. Vous me voyez (en montrant le côté