Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/215

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


(M. Arseniew) se refuse absolument à payer lesdits 100,000 roubles qu’il n’ait reçu d’autres instructions de sa cour.

Ce retard inattendu mit M. de Giberville dans le plus grand embarras, puisque les 3,604 ducats qu’il avait obtenus par avances des banquiers de Riga, sur les 100,000 roubles, devaient être remboursés le 24.

MM. Henrion et de Giberville proposent, d’après le refus obstiné et invincible du vice-gouverneur, de renvoyer les 3,604 ducats.

M. le comte d’Avaray répond à M. Henrion, que le Roi n’a eu d’autre désir que de se conformer à celui de l’empereur Paul en sortant de ses États ; que, dénué absolument de ressources, il lui a fallu subir l’opération de finances dont il a été chargé ; que Sa Majesté ne s’y est cependant déterminée que sur l’assurance positive que lui a donnée le vice-gouverneur, que sa procuration laissée à M. le duc d’Aumont était suffisante, et que le paiement des 100,000 roubles n’éprouverait aucune difficulté.