Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au général Fersen et au baron Driesen, commandans militaires, un témoignage de satisfaction et de reconnaissance pour la manière dont ils s’étaient conduits envers tous les Français, sollicita de l’Empereur son agrément pour leur conférer à l’un et à l’autre son ordre de Saint-Lazare.

Le Roi me fit remettre une note écrite en entier de sa main, pour que j’en fisse usage dans ma correspondance avec la France. L’intention du Roi était de faire connaître le comte d’Avaray tel qu’il était, et non d’après le portrait qu’en faisaient ses ennemis, de plus en plus jaloux de la confiance entière et de la tendre amitié dont Sa Majesté l’honorait. Cette note, rédigée pour être envoyée en France, me parut si précieuse, qu’il me fut permis de n’envoyer que la copie.

L’empereur Paul donna au Roi, pour y passer la belle saison, le château de Wirtehaw à trois lieues de Mittau. J’y fus avec Sa Majesté, qui n’emmena avec elle que MM. d’Avaray, de Villequier, de Guiche,