Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/179

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En s’y rendant, il passa par Blankembourg. Le Roi l’y reçut commandeur de l’ordre de Saint-Louis, ainsi que M. le comte de La Chapelle ; peu de temps auparavant Sa Majesté avait accordé la même faveur à M. le marquis de Monspey, qui avait commandé le second régiment de cavalerie noble à l’armée de Condé. Ce détachement de vétérans fut conduit à Mittau dans des fourgons attelés de chevaux de poste.

Le Roi, obligé de prendre la route de Leipsick, n’avait pu emmener toutes les personnes attachées à son service. M. Deswergnes, son premier médecin, n’y fut pas compris. Le chagrin que ce fidèle serviteur ressentit d’être séparé de son maître réveilla une maladie dont déjà plusieurs fois il avait éprouvé les atteintes ; des accidens de rétention d’urine le reprirent, et l’inflammation fit de tels progrès, qu’au bout de deux jours la gangrène survint, et l’emporta le quatrième jour. Le roi, qui connaissait le cœur de M. Deswergnes, avait pressenti l’effet que le chagrin