Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/145

Cette page a été validée par deux contributeurs.


même n’étaient point à l’abri de leur barbarie : ils venaient les chercher au milieu des neiges et les emportaient dans leurs chaumières, où ils les faisaient dégeler pour en arracher les dépouilles.

Le zèle et l’activité que j’avais déployés dans l’exercice de mes fonctions, les soins scrupuleux que je mis à faire relever les blessés sur le champ de bataille de la Moskowa, fixèrent sur moi l’attention de l’intendant-général, je fus nommé inspecteur de l’arrondissement de Moscou. J’avais sous mes ordres deux chefs de parc, quatre sous-chefs, dont M. Alloard faisait partie, et un nombre indéterminé de sous-employés.

Son excellence vint elle-même me chercher au Kremlin, et me confia la garde et la surveillance des immenses magasins que renfermait l’hôpital des Enfans-Trouvés. Il fallut des soins et une surveillance bien active pour les préserver de l’incendie. Je fis détruire les mèches et arroser les murs ; ces mesures de précaution eurent un plein suc-