Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/143

Cette page a été validée par deux contributeurs.


mée. Comme j’avais besoin de lui, je lui envoyai l’ordre de faire tenir prêts les équipages, et de venir me rejoindre. Ne pouvant passer le pont à cheval, il voulut se hasarder à traverser la rivière, comme bien d’autres l’avaient fait avant lui ; mais il ne suivit pas la même direction ; et, à peine arrivé au milieu du fleuve, son cheval s’enfonça dans une boue épaisse, et ne pouvait plus avancer. On le retira avec son cheval au moyen d’une corde qu’on lui jeta du haut du pont. Mais le danger auquel il venait d’échapper avait fait sur lui une telle impression, qu’il en fut malade pendant plusieurs jours.

Les Russes avaient adopté le désastreux système de tout brûler dans leur retraite, afin d’enlever aux Français les ressources sur lesquelles ils avaient compté, et de ne leur laisser qu’aride et dépouillé le terrain qu’ils gagnaient par la victoire. Ce système leur réussit, parce que la saison la plus rigoureuse vint ajouter bientôt aux privations de toute espèce que nous éprouvions déjà.