Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/124

Cette page a été validée par deux contributeurs.


En ma qualité de chef de service, je fus chargé des transports du grand quartier-général depuis Mayence jusqu’à Berlin. Cette tâche était extrêmement difficile ; les détails en étaient immenses ; j’étais à tout moment arrêté par de nouveaux obstacles. Il fallait obtenir des autorités civiles, par la voie des réquisitions, le nombre de voitures suffisant pour effectuer les transports, et les autorités, toujours récalcitrantes, faisaient naître des retards, qu’il était presque impossible d’abréger et qu’il importait cependant beaucoup d’éviter au commencement d’une expédition dont le succès semblait dépendre de la célérité de l’exécution. Enfin, je parvins à aplanir toutes ces difficultés, et mon zèle, à l’épreuve des fatigues et des dégoûts inséparables de pareilles fonctions, me valut des éloges. Nous arrivâmes à Berlin.

Le service de la grande armée avait besoin d’une organisation sévère ; il y régnait une confusion déplorable. Des améliorations salutaires furent introduites dans les diverses ad-