Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


il n’était soumis qu’à un appel par jour, encore celui qui avait un art ou profession en était-il dispensé.

Je puis attester que plusieurs seigneurs russes, et beaucoup de dames de qualité, parmi lesquelles il m’est doux de nommer Mme la comtesse de Tchermisoff, ont fait les plus grands sacrifices pour adoucir le sort des prisonniers mes compatriotes.

En 1816, l’empereur Alexandre a fait donner à chaque officier une gratification de cent roubles, indépendamment d’un demi-rouble qu’ils recevaient par jour. Ils étaient en outre logés et chauffés aux frais des particuliers.

Beaucoup de prisonniers se sont plaints des mauvais traitemens qu’ils ont reçus des cosaques et des soldats de la milice appelés Raknic, dans la langue du pays. Mais je le demande, qu’avions-nous droit d’attendre d’un peuple justement exaspéré, qui nous regardait comme les ennemis de son pays et de sa religion, comme des envahisseurs qui venaient dévaster ses villes et ses campagnes, comme