Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


français s’accrut considérablement à Resen. Quinze cents hommes du corps du général Augereau, frère du maréchal, qui avaient été obligés de se rendre par capitulation, furent envoyés dans cette résidence. Augereau seul fut conduit à Tamboff. J’ai entendu dire, à des militaires qui ont fait partie de l’expédition de Russie, que ce général aurait pu éviter de tomber au pouvoir de l’ennemi. Je ne déciderai pas jusqu’à quel point cette assertion est juste, mais je me rappelle fort bien que tous les officiers faits prisonniers par suite de cette capitulation m’ont assuré que le général Augereau avait été attaqué par des forces supérieures (vingt mille hommes), et qu’ayant été abandonné par le général Baraguay-d’Hilliers, il s’était vu réduit, ou à se rendre, ou à chercher dans une résistance désespérée une mort inévitable.

Ces quinze cents hommes étaient des soldats de toutes armes, qu’on avait tirés des dépôts de différens corps, qui n’avaient pu recevoir aucune instruction, et qui cependant