Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 2.djvu/101

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tout. » Et il partit pour se mettre à la poursuite de l’armée française.

Le prince Kutusow voyageait à l’armée dans un équipage plus que modeste ; il n’avait presque aucune suite, et rien de ce qui tient au luxe, puisqu’il se donnait à peine ce qui est de première nécessité. Quoique élevé dans les camps, il avait toute l’urbanité d’un homme de la cour, une conversation enjouée, l’abord facile et prévenant. Les prisonniers français qui ont été assez heureux pour lui être présentés, officiers et soldats, tous ont reçu de lui des marques non équivoques de son estime pour la nation à laquelle ils appartenaient. Il leur faisait distribuer de l’argent et des secours de toute espèce : je pourrais citer plusieurs généraux auxquels il a donné jusqu’à mille roubles. Il jouissait de l’estime de ses concitoyens, et s’est acquis la reconnaissance des Français.

Il fut élevé pendant cette guerre à la dignité de feld-maréchal, par l’influence du sénat et de la noblesse. Il devait d’autant mois s’at-