Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/92

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Indes ; aussi est-ce une ville riche ; mais toutes les richesses en avaient disparu quand nous y entrâmes. Nous la trouvâmes peuplée d’une canaille paresseuse, accroupie tout le jour devant leur hutte ou leur maison ; fumant, prenant du café ou mangeant des pastèques et buvant de l’eau. Les femmes du peuple étaient horribles ; les beys avaient laissé quelques jolies Arméniennes et Géorgiennes, dont les généraux s’emparèrent soi-disant au profit de la nation. La femme d’Ibrahim-Bey, qui avait dérobé à la mort les Francs qui résidaient au Caire, en les faisant retirer dans ses cours au moment de la crise, eut un sauf-conduit et une garde. Bonaparte ordonna que toutes les femmes des mameloucks eussent à se faire inscrire dans les vingt-quatre heures, sous peine de mort, et qu’elles déclarassent en même temps les effets et bijoux qu’elles pouvaient avoir à leur maître. On établit une police militaire, et des illuminations furent ordonnées pour éviter toute surprise nocturne.