Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/91

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


par l’effet de la curiosité des habitans. Les cris de joie nullul ! se faisaient entendre sur les minarets.

Je me hâtai de parcourir, à cheval, presque toute la ville, qui me parut un grand boyau rempli de maisons entassées les unes sur les autres, sans ordre, sans régularité, et dont les rues étaient presque toutes étroites et puantes. Le seul quartier des mameloucks semblait habitable. Le général en chef s’établit dans une assez belle maison de bey, sur la grande place d’El-Bekir. Le général Dupuis, commandant de la ville, occupa le palais de la femme d’Ibrahim-Bey. L’armée fut cantonnée dans la ville et aux environs ; mais les ordres furent presque immédiatement donnés pour qu’elle se répandît dans la haute et basse Égypte. Au total, la ville du Caire me parut abominable ; les rues y respiraient l’infection par leurs immondices. C’est néanmoins l’entrepôt et le lieu central d’un commerce considérable ; c’est là où aboutissent toutes les caravanes de la Mecque et des