Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/89

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


demain d’envoyer au général Bonaparte une députation qui vint le trouver au quartier-général de Gizeh. Après avoir entendu les députés, le général en chef ordonna au général de brigade Dupuis, qu’il nomma commandant du Caire, d’aller la nuit même occuper cette ville. Ce général, que j’accompagnai, ainsi que quelques autres officiers, se mit avec deux compagnies de grenadiers à bord de la barque qui avait amené les députés ; le reste se jeta dans quelques djermes ou bateaux du pays qui se trouvaient à Embabeh ; et une fois sur l’autre rive, avec nos guides, à la nuit close, nous traversâmes Boulac, qui sert de faubourg et de port au Caire, et nous arrivâmes sous les murs de cette ville immense qui renferme une population de trois cent mille âmes. Ainsi, à peine avec deux cents hommes, nous traversâmes, tambour battant et au milieu de la nuit, les rues étroites et silencieuses du Caire, sans qu’aucun habitant osât se présenter, comme si le bruit du tambour leur eût inspiré encore plus de terreur. Il