Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/450

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


signe d’honneur. Je rejoignis ce corps d’armée ; ainsi je n’entrerai pas dans le détail des faits qui se sont passés depuis à Alexandrie. Le corps anglais, qui y était resté en position, s’était retranché, non-seulement par une ligne d’ouvrages, mais encore en rompant les digues, et en faisant ainsi des saignées au lac, afin de produire des inondations qui interceptèrent toutes les communications entre Alexandrie et Ramaniéh, et permirent à la flottille anglaise de concourir à l’attaque d’Alexandrie.

Ceci mérite une explication : les terres qui environnent Alexandrie, sont plus basses que le niveau de la mer, dont les flots ne sont arrêtés que par les éminences qui bordent la côte. Ainsi on doit considérer toutes ces éminences comme des digues naturelles qui tiennent la mer dans ses bornes. On a dit dans plusieurs relations, et dans divers ouvrages sur l’Égypte, que le non-entretien et la dégradation des canaux du Nil ont été la cause de la formation de plusieurs lacs,