Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans le plus imposant appareil vers le canal de Malte. Le lendemain 8, un brick anglais, capturé par un de nos bâtimens éclaireurs, annonça que l’escadre de l’amiral Nelson, envoyé à notre poursuite, n’était pas éloignée. Cette nouvelle causa de l’inquiétude au général en chef. Le lendemain 9, en arrivant devant Malte, notre escadre prit le convoi de Civita-Vecchia pour la flotte anglaise : le branle-bas fut ordonné ; le convoi se plaça sous le vent ; mais après les signaux de reconnaissance on reconnut la méprise.

L’escadre s’avançant en ligne de bataille le débarquement fut ordonné pour emporter l’île de vive force. Malte était considérée comme la clef de l’Égypte. On sait que tout avait été préparé de longue main pour y causer une révolution et amener la destruction de l’Ordre. On fit plus en effet par les intrigues et les négociations que par la force des armes.

Le lendemain 10, je fus chargé par le major-général de porter au général Reynier, qui