Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/444

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


minent le général Lagrange à faire sa retraite sur Ramaniéh. La flottille force le passage à Foua ; le commandant Rouvier y est blessé.

Le 18, nos troupes se rallient à Ramaniéh. Le général Lagrange y fait armer la redoute.

Le 19 floréal, à la pointe du jour, la flottille anglaise et l’armée ont attaqué en même temps nos troupes. Le général Lagrange a déployé sa colonne, et a envoyé des tirailleurs qui, soutenus à propos par notre cavalerie et artillerie légère, ont contenu l’ennemi toute la journée. À l’entrée de la nuit, l’ennemi a fait un mouvement pour cerner notre division ; le général Lagrange a cru ce moment propice pour évacuer et faire sa retraite sur le Caire. Le 23, il est arrivé avec sa petite armée au Caire.

Le grand-visir, qui s’était rendu maître de Damiette, Salahiéh, Mikamar, Mansoura, menaçait cette capitale. Le général de division Belliard, avec les troupes qu’il avait réunies de la haute Égypte, des garnisons de Sala-