Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/425

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le général Friant mande que les bâtimens ennemis sont mouillés très au large.

Le général Menou fait partir deux mille hommes, le 14. Il donne ensuite ordre de faire halte. Le même jour, il fait tirer des salves d’artillerie en l’honneur de la paix.

Pièce officielle. — Menou, général en chef, à l’armée.

« Soldats ! Une armée anglaise ! une armée d’Osmanlis !… Si des troupes débarquent, vous les culbuterez dans la mer… »

Pièce officielle. — Au peuple.

« C’est Dieu qui dirige les armées ; il donne la victoire à qui il lui plaît........... »

Le même jour, cette nouvelle est expédiée au général Rampon. Des détachemens de sa division, qui étaient au Caire, retournent à Damiette. Le général Menou dirige cette division vers la haute Égypte. Des ordres sont donnés pour faire venir des grains.

Le 15 et le 16, on travaille à de grands préparatifs. Le général Menou attendait les nou-