Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/424

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Régénérée ont forcé le passage, malgré la croisière anglaise, l’armée et l’escadre mouillées à Aboukir. Le brick le Lodi a apporté le traité de paix définitif avec les empereurs d’Allemagne et de Russie, et la nouvelle de la coalition du Nord.

Le général Friant continue à persuader le général en chef qu’avec ses forces il empêchera le débarquement. Ce général voulait en avoir la gloire. Il est reconnu que c’est une imprudence, et qu’il est la cause des premières fautes du général Menou. On reproche à Menou de s’être trop confié à ce général ; on lui reproche de s’être endormi au Caire ; de s’être occupé à faire célébrer des fêtes en l’honneur de la paix, tandis que l’ennemi pouvait débarquer ; on lui reproche de n’avoir pas assez envoyé de troupes de renfort au général Friant. On présume que le général Menou craignait le grand-visir, et qu’il est resté au Caire pour être à portée de défendre cette capitale contre un mouvement concerté entre l’armée ottomane et les Anglais.