Page:Beauchamp - Mémoires secrets et inédits pour servir à l’histoire contemporaine, tome 1.djvu/421

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


observation. Voir si le grand-visir marche sur l’Égypte, des espions ayant rapporté que le visir était en marche.

Le 14 au matin cette division partit. Le 22e régiment de chasseurs à cheval partit de son côté pour Alexandrie ; une demi-brigade le suivit. Ces troupes allèrent porter du renfort au général Friant.

Avant le départ, les généraux se rendirent tous chez le général en chef, en visite de corps. Leur but était de se réconcilier avec lui au moment où toute querelle particulière devait cesser, afin de s’entendre pour travailler tous de concert à battre l’ennemi.

Le général Menou les a reçus froidement. Le général Reynier porta la parole, et dit : « Je suis général de division, il est de mon devoir de vous communiquer mes lumières ; ce n’est plus avec des Turcs que nous avons à combattre, c’est avec une puissance européenne, qui a une armée très-supérieure. Général, j’obéis à votre ordre ; mais je vous observe que ma présence serait plus néces-